Université Claude Bernard – Lyon I

L’université Claude Bernard – Lyon I forme des étudiants dans les domaines des sciences et technologies, de la santé et des sciences du sport. Jouissant d’une excellente réputation intellectuelle en France comme à l’étranger, l’université Claude Bernard – Lyon I repousse sans arrêt les limites de la connaissance, promouvant l’éducation par la recherche, et favorisant le dialogue entre la science et la société.

 

MASTER

Le master SYVIC : Synthèse, Vieillissement et Caractérisation des matériaux nucléaires
L’objectif de ce master est de former des employés clés au sein de l’industrie nucléaire de demain. Ce programme a été créé dans le but de répondre aux exigences des recherches privées et publiques ainsi qu’aux besoins des industriels en R&D. Il se concentre sur les problèmes et défis auxquels on doit faire face lors de la manipulation de matériaux au cours du cycle électronucléaire en matière de développement durable. On y étudie notamment les matériaux utilisés lors de la fission nucléaire et la fusion de réacteurs, et les matériaux associés à la gestion des déchets nucléaires.
Une étude basique des matériaux employés pour l’énergie vient compléter la formation.
Le master SYVIC est conçu pour les étudiants qui ont validé une première année de master en physique, physique chimique ou en sciences des matériaux, ou pour les étudiants ingénieurs qui ont accompli quatre ans dans l’enseignement supérieur.

Compétences et connaissances techniques
L’une des spécificités du master SYVIC est l’apprentissage du vieillissement et de la durabilité des matériaux qui subissent l’irradiation et/ou des températures élevées.

Compétences et savoir-faire acquis

  • Durabilité et vieillissement des matériaux
  • La radioprotection
  • La caractérisation physico-chimique des surfaces interfaces
  • La modélisation des comportements des radioéléments
  • La radiolyse et l’irradiation

 

LICENCE PROFESSIONNELLE EN RADIOPROTECTION, DEMANTELEMENT ET DECHETS NUCLEAIRES

Pour exercer quels métiers ?

  • Chef de projet en démantèlement ou gestion des déchets nucléaires
  • Responsable de projet, de transport, d’entrepôt ou de la sécurité
  • Technicien de suivi de la construction ou technicien démantèlement
  • Assistant ingénieur (en radioprotection par exemple)
  • Manager technique

Quel type de formation ?

  • 12 à 18 étudiants par classe
  • Un programme d’apprentissage : 17 semaines à l’université pour 35 semaines en entreprise
  • Possibilité également de suivre un programme à temps plein, une formation longue ou en Validation des acquis de l’expérience (VAE)
  • 47% des cours dispensés par des professionnels de la filière
  • Une part importante consacrée à la pratique : 100 heures de travaux de laboratoire, de projets tutorés, ou encore de présentations professionnelles
  • Une formation en radioprotection pour travailler sur des sites nucléaires (PCR, INB, ICPE) certifiée par le CEFRI, le Comité Français de certification des entreprises pour la formation et le suivi du personnel travaillant sous rayonnement ionisants.

Pour quelles entreprises ?

  • De grosses entreprises du nucléaire et des organismes en R&D (Andra, AREVA, CEA, EDF et ONET, entre autres)
  • Des entrepreneurs dans le nucléaire
Chiffres clés

40 000

étudiants

 

405 M€

de budget

 

3 500

chercheurs

 

4 300

publications dans des revues à comité de lecture par an

 

40

demandes de brevets par an