CPU

Défendre et promouvoir l’Université française

Créée en 1971, la CPU (Conférence des présidents d’université) est une association Loi 1901 à but non-lucratif qui rassemble les présidents d’universités et les directeurs des pôles de recherche et d’enseignement supérieur. Depuis 40 ans, elle représente et défend les intérêts des établissements qu’elle regroupe.

 

Son but est de représenter et promouvoir l’université française et les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). Grâce au soutien de l’Amue (Agence de mutualisation des universités et établissements), elle participe à la formation du personnel.

 

Nos missions

L’objectif principal de la CPU est de soutenir les présidents et directeurs dans leurs missions de promotion de l’Université française et de ses valeurs en France et à l’étranger. Pour cela, elle dispose d’une équipe permanente à Paris et à Bruxelles, et de plusieurs comités et commissions qui gèrent les nombreux projets. Elle a également établi un réseau avec différents partenaires (organismes de recherche, partenaires socio-économiques, associations de collectivités territoriales, associations étudiantes…) soutenu par des accords-cadres. Ces derniers encouragent les relations entre les membres de la CPU et les partenaires au niveau local et national afin de proposer des améliorations ou des transformations des programmes existants.

 

Quelques services proposés par la CPU

  • Parce qu’elle met en contact les présidents d’universités et directeurs d’EPSCP, la CPU permet d’organiser des réflexions communes où chacun réfléchit aux problématiques rencontrées et aux solutions pour y remédier. De ce fait, ils ont la possibilité d’émettre des vœux auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Elle permet de relayer l’information entre le grand public et l’enseignement supérieur.
  • La CPU propose une veille hebdomadaire française, européenne et internationale. La veille permet aux personnes intéressées d’avoir accès à l’enseignement supérieur et à l’emploi ainsi qu’à la recherche et à l’innovation, notamment en ce qui concerne l’Énergie et des Technologies de l’Information et de la Communication.
  • La CPU organise, avec la collaboration du CNRS, le concours « Ma thèse en 180 secondes », qui a pour but d’améliorer la visibilité de la relève scientifique, de révéler l’accessibilité des travaux de recherche, et de sensibiliser à l’importance du dialogue science-société.
  • La CPU a conclu plusieurs accords-cadres avec différents partenaires (organismes de recherche, partenaires socio-économiques, associations de collectivités territoriales, associations étudiantes…). Elle donne ainsi accès à un ensemble d’outils qui permet aux membres et à ses partenaires d’intensifier leurs partenariats locaux et de moderniser les universités.

 

Nos membres

La CPU est composée actuellement d’une centaine de membres, parmi lesquels les directeurs des écoles françaises à l’étranger, les directeurs des instituts et des écoles extérieurs aux universités, les présidents d’université, les responsables des grands établissements et les directeurs d’écoles normales supérieures, des responsables d’établissements d’enseignement supérieur, d’instituts ou écoles internes à ces établissements habilités à délivrer le diplôme d’ingénieur et des directeurs des écoles d’ingénieurs. Depuis 2007, elle est dirigée par les présidents et directeurs d’Universités, d’écoles normales supérieures et de grands établissements (des universités, I.U.T. ou encore des pôles de recherche et d’enseignement supérieur).

Chiffres clés

L’Université en France c’est :

 

1 596 900
étudiants à la rentrée 2015

 

300 000
étudiants internationaux en France chaque année (3ème rang mondial)

 

25 %
des étudiants ont connu une période de mobilité internationale dans leur cursus

 

1,2 milliard d’euros
consacrés à la recherche chaque année par les collectivités

 

907 300
étudiants inscrits en cursus licence, dont 52 000 en licence professionnelle

 

536 600
étudiants inscrits en cursus master

 

64 000
doctorants

 

42 %
de doctorants étrangers

 

3,6 %
des publications scientifiques mondiales sont françaises (6ème rang mondial)