La formation au service d’un nucléaire responsable

 

De nombreux pays expriment un intérêt renouvelé pour l’énergie nucléaire. Indépendance énergétique et faibles émissions de CO2 sont quelques avantages qui font de l’énergie nucléaire un acteur indispensable du mix énergétique de demain. Son développement dans les meilleures conditions de sûreté et de sécurité passe par une prise en compte responsable des enjeux liés aux ressources humaines, à la formation et au transfert de compétences.
La mise en œuvre d’un programme énergétique nucléaire exige de s’approprier au meilleur niveau un ensemble complet de savoirs, savoir-faire et savoir-être ainsi qu’une forte culture de sûreté et sécurité. La question de la disponibilité de l’ensemble des compétences indispensables et des ressources humaines associées a d’ailleurs été identifiée comme l’un des 19 points critiques au développement d’un programme nucléaire par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

Si la technologie nucléaire possède de grands avantages, le développement des ressources humaines constitue toutefois un défi majeur à relever pour la mise en œuvre d’un programme.
Outre l’adéquation avec les besoins de l’industrie, il s’agit également de développer, en temps voulu et en quantité calculée (ni trop peu, ni pas assez), les compétences nécessaires. Si la formation d’ouvriers qualifiés en grand nombre est nécessaire en amont de la construction, celle de techniciens spécialisés en amont de la phase d’exploitation et de maintenance en plus petit nombre n’est pas moins importante Cette analyse – sur l’ensemble des métiers de la filière – est en constante évolution et doit être renouvelée à chaque étape d’un programme afin d’assurer la disponibilité des bonnes compétences, au bon endroit et au bon moment.

Cette gestion suivie des ressources humaines est un outil indispensable à la gestion des risques nucléaires afin de garantir en toutes circonstances que la balance bénéfices / risques penche du bon côté.
Avec 54 réacteurs en construction dans le monde, et plus du double de projets de construction, le besoin d’individus possédant des savoirs, savoir-faire et savoir-être spécifiques et approfondis est à la fois critique et croissant. L’exploitation sûre et responsable des centrales actuelles et futures dépend surtout et avant tout de ressources humaines maîtrisant des technologies de pointe et des procédés industriels complexes, pleinement conscientes des enjeux de santé, sûreté et environnement que pose la question nucléaire.